Soutenance de thèse de Juliette LOZANO--GOUPIL

Ecole Doctorale
Sciences du Mouvement Humain
Spécialité
Sciences du Mouvement Humain - MPL
établissement
Aix-Marseille Université
Mots Clés
Communication,Comportement non verbal,Schizophrénie,Synchronisation,Interaction sociale,Perception sociale,
Keywords
Communication,Nonverbal behavior,Schizophrenia,Synchrony,Social interaction,Social perception,
Titre de thèse
Synchronisation intra et interpersonnelle et perception sociale, étude des interactions sociales dans la schizophrénie
Intra- and interpersonal synchrony and social perception, a study of social interactions in schizophrenia
Date
Lundi 29 Avril 2024 à 14:00
Adresse
UFR STAPS de Montpellier, 700 Avenue du Pic saint Loup, 34090 Montpellier
Amphithéâtre A
Jury
Directeur de these M. Ludovic MARIN Université de Montpellier
CoDirecteur de these M. Stéphane RAFFARD Université Paul Valery Montpellier 3
Rapporteur Mme Christelle BIDET-ILDEI Université de Poitiers
Rapporteur Mme Christelle DODANE Université Sorbonne Nouvelle
Examinateur Mme Anne GIERSCH Université de Strasbourg
Examinateur M. Patrice GUYOT IMT Mines Ales
Examinateur Mme Yvonne DELEVOYE-TURRELL Université de Lille
Examinateur M. Ghiles MOSTAFAOUI CY Cergy Paris Université

Résumé de la thèse

La communication interpersonnelle implique un échange dynamique d'informations entre deux individus. La nature de cette information peut être verbale ou non-verbale, se traduisant notamment par les gestes co-verbaux. L’intégration temporelle des gestes avec la parole a une importance particulière dans la communication. La perception de ces comportements non verbaux lors d’une interaction est, de la même manière, un processus primordial car elle forme les premières impressions des individus qui détermineront ensuite les attitudes et les comportements vis-à-vis de ce partenaire. Enfin, le phénomène de synchronisation entre les deux acteurs de la communication résulte des différents processus de perception et d’action et constitue un marqueur d’une interaction réussie. Tous ces mécanismes essentiels aux interactions sociales ont été largement étudiés dans la population générale mais restent incertains chez des individus présentant des troubles de la communication, tels que les patients souffrant de schizophrénie. Ce trouble mental sévère se caractérise par des symptômes positifs (e.g., hallucination, délires), des symptômes négatifs (e.g., troubles des interactions sociales, apathie) et des symptômes désorganisés (e.g., désorganisation de la pensée, des comportements). L’ensemble de ces symptômes entraine des conséquences notables sur la qualité de vie des patients, leur vie sociale et familiale ainsi que leur insertion professionnelle. L’étude des interactions sociales des patients avec un diagnostic de schizophrénie au travers des différents éléments nécessaires à la communication interpersonnelle constitue l’objectif de ce travail de thèse. Au cours de trois études expérimentales, nous avons étudié chaque aspect de la communication interpersonnelle impliquant un individu avec un diagnostic de schizophrénie, en commençant par l’émetteur du message et son comportement non-verbal, en particulier sa synchronisation geste-parole puis nous nous sommes intéressés au récepteur, ici l’individu sain en face qui perçoit l’information. Enfin, basé sur les approches dynamiques et cognitivistes, nous avons exploré le processus de synchronisation interpersonnelle liant ces deux acteurs. Les résultats de ces travaux mettent en évidence la préservation de la synchronisation entre le geste et la parole chez les patients souffrant de schizophrénie lors d’une prise de parole spontanée, mais l’altération de la synchronisation sensorimotrice intentionnelle lors d’une tâche de tapping avec sa propre voix (étude n°1). De plus, les premières impressions de la population générale sont moins favorables lors de l’exposition à des extraits audio et vidéos de patients souffrant de schizophrénie par rapport aux extraits présentant des individus sains. Ces résultats étant associés au comportement des participants présents sur les stimuli, cela implique que le comportement non verbal joue un rôle primordial dans la formation des premières impressions. Ils montrent aussi que nous sommes capables de détecter chez les patients un comportement « anormal » sans avoir connaissance d’un quelconque diagnostic, et que cela affecte notre jugement et nos futurs actions (étude n°2). Enfin, lors d’une tâche en interaction avec un robot humanoïde, les patients avec un diagnostic de schizophrénie, contrairement aux participants sains, ne perçoivent pas le comportement de synchronisation du robot et cela diminue leur motivation à interagir à nouveau avec l’agent (étude n°3). Cette thèse, par la mobilisation de cadres théoriques et méthodologiques, a offert une vue d’ensemble des processus de communication interpersonnelle préservés ou défaillants chez les patients souffrant de schizophrénie. Les résultats et perspectives permettent de préciser les connaissances et d’orienter les pratiques vers de nouvelles interventions psychosociales prenant en compte la perception et la production du comportement non-verbal, répondants au mieux aux besoins et spécificités des patients.

Thesis resume

Interpersonal communication, an essential process in daily life, involves a dynamic exchange of information between two individuals, encompassing both verbal and non-verbal elements, including co-verbal gestures. The temporal integration of gestures with speech holds particular importance in communication. Similarly, the perception of these non-verbal behaviors during interactions is a crucial process, shaping initial impressions that subsequently influence attitudes and behaviors toward the partner. The phenomenon of interpersonal synchrony between communicators is a marker of successful interaction. While extensively studied in the general population, these essential mechanisms remain uncertain in individuals with communication disorders, such as patients diagnosed with schizophrenia. This severe mental disorder is characterized by positive symptoms (e.g., hallucinations, delusions), negative symptoms (e.g., social interaction impairments, apathy), and disorganized symptoms (e.g., thought and behavior disorganization). These symptoms significantly impact patients' quality of life, social and family relationships, and professional integration. The objective of this thesis is to investigate the social interactions of individuals diagnosed with schizophrenia through the various elements crucial for interpersonal communication. Through three experimental studies, each aspect of interpersonal communication involving individuals with a schizophrenia diagnosis was examined. The focus began with the message sender and their non-verbal behavior, specifically gesture-speech synchrony. Subsequently, attention turned to the receiver, the healthy individual perceiving the information. Finally, presenting dynamic and cognitive approaches, the thesis explored the process of interpersonal synchrony linking these two actors. The results highlight the preserved synchrony between gesture and speech in patients with schizophrenia during spontaneous speech, contrasting with the impairment in intentional intrapersonal synchronization during a tapping-voice task (Study 1). Moreover, the general population forms less favorable first impressions when exposed to audio and video excerpts of individuals with schizophrenia compared to those featuring healthy individuals. These impressions are associated with the participants' behavior on the stimuli, emphasizing the pivotal role of non-verbal behavior in shaping initial impressions. The findings also indicate our ability to detect "abnormal" behavior in patients without knowledge of any diagnosis, influencing judgment and future actions (Study 2). Finally, during an interaction task with a humanoid robot, patients with schizophrenia, unlike healthy participants, do not perceive the robot's synchronizing behavior, reducing their motivation to interact again with the agent (Study 3). By employing theoretical and methodological frameworks, this thesis provides an overview of preserved and impaired interpersonal communication processes in individuals with schizophrenia. The results and perspectives contribute to refining knowledge and guiding practices toward new psychosocial interventions that consider the perception and production of non-verbal behavior, addressing the unique needs of these patients.